Que faire à Lisbonne ?

Lisbonne 

Il n’est évidemment pas possible de tout découvrir de Lisbonne en seulement quelques jours … Voici cependant quelques idées de visites et activités permettant d’avoir un bon aperçu de cette ville.

1) Prendre le mythique tramway 28E

La meilleure façon d’appréhender rapidement Lisbonne est de parcourir la ville à bord d’un vieux tramway jaune de la mythique ligne 28E. Cette ligne offre le trajet le plus pittoresque de Lisbonne en traversant les vieux quartiers de Graça, de l’Alfama et de Baixa. Durant le parcours, le tramway emprunte des ruelles étroites et des rues pentues, frôle maisons et voitures, passe devant plusieurs monuments historiques …

Lisbonne c’est en effet la douceur de vivre. Parcourir la vieille ville en tramway constitue ainsi une belle façon de découvrir certaines scènes de vie locales. La ligne 28E est la ligne préférée des touristes et donc par conséquent des pickpockets, un minimum de vigilance s’impose.

2) Flâner dans les vieux quartiers

Lisbonne est organisée en quartiers dont le plus ancien et le plus pittoresque est celui de l’Alfama. C’est en effet le seul de la ville à avoir survécu au tremblement de terre de 1755. On peut le traverser en tramway jaune ou encore le visiter en Tuk-Tuk.

Parcourir alors son dédale de ruelles pavées et d’escaliers, découvrir ses vieilles maisons hautes aux façades d’azulejos (carreaux de faïence décorés). Le vieux quartier de Bairro Alto  avec ses funiculaires, ses ruelles étroites et escarpées, ses vieilles maisons colorées et ses nombreux bars et restaurants.

Avec son effervescence à la tombée de la nuit, c’est le quartier idéal pour sortir boire un verre ou manger. Tout comme dans l’Alfama, on y entend beaucoup de fado (chant populaire mélancolique) en se promenant le soir aux abords des restaurants …

3) Profiter de panoramas depuis un belvédère

Construite sur un relief accidenté, Lisbonne est aussi appelée la ville aux 7 collines. Certaines rues sont d’ailleurs si pentues qu’elles ne permettent pas la circulation automobile …

Du fait de sa topographie Lisbonne offre alors plusieurs panoramas sur la ville et sur le Tage (fleuve se jetant dans l’Océan Atlantique à Lisbonne). De nombreux belvédères (miradouros) ont donc été aménagés pour offrir de magnifiques points de vue.

  • l’ambiance du belvédère de Sao Pedro de Alcantara situé sur la colline de Bairro Alto : peintre, chanteur, stands de rue lui donnaient alors un petit air de Montmartre.
  • le romantisme du belvédère de Santa Luzia avec sa tonnelle couverte par des bougainvilliers et sa superbe vue sur le Tage et les toits de l’Alfama.

Des endroits où il fait d’ailleurs bon flâner au moment du coucher de soleil …

4) Prendre l’Elevador Santa Justa

Construit au XIXième siècle, l’Elevador Santa Justa est un ascenseur vertical permettant de passer rapidement du quartier bas de Baixa au quartier haut de Bairro Alto. Haut de près de 50 mètres, il représente une des attractions les plus populaires de Lisbonne en offrant une vue imprenable sur la ville.
Entièrement réalisée en fer forgé, cette tour métallique rappelle un peu le style de la Tour Eiffel. Certains disent alors que son concepteur était un des élèves de Gustave Eiffel, mais pour d’autres ce n’est qu’une croyance populaire … Toujours est il qu’il s’agit là d’un magnifique chef d’oeuvre architectural donnant accès à un super point de vue (et même à un café).

 

5) Déjeuner au Time Out Market

Installé dans les halles du Mercado Da Ribeira, le Time Out Market est une sorte d’open space de la restauration. Une immense cantine branchée où la fine fleur de la gastronomie portugaise propose des plats à des prix accessibles (10 – 15€ en moyenne).

Différents kiosques et épiceries y sont installés proposant chacun leurs spécialités. Depuis les charcuteries portugaises jusqu’aux plats revisités par des chefs locaux en passant par les burgers gourmets et les woks. Vins, fromages, pâtisseries y sont aussi de la partie

6) Faire une balade sur le Tage

Plus long fleuve de la péninsule Ibérique (1038km), le Tage rejoint l’Océan Atlantique à Lisbonne. Cela après avoir pris sa source en Espagne et avoir traversé le Portugal. On dit d’ailleurs qu’il se jette dans une Mer de Paille en raison des reflets mordorés que prennent les flots au moment du coucher de soleil.

Que ce soit en bateau classique, en voilier ou même en véhicule amphibie, on trouve plusieurs possibilités de promenades et croisières sur le Tage. L’occasion d’ailleurs de pouvoir mieux observer le Pont du 25 Avril. Ce pont qui donne des airs de San Francisco à Lisbonne.

 

7) Visiter le quartier de Belém

Eloigné du centre historique, Belém est un quartier pittoresque situé à l’ouest de Lisbonne. C’est l’ancien port commercial de Lisbonne d’où partaient les caravelles au XVième siècle pour faire de grandes découvertes. Comme par exemple pour les Indes avec le grand navigateur portugais Vasco de Gama.

Ce quartier possède aujourd’hui un certain nombre de monuments historiques à découvrir. On peut ainsi citer la Tour de Belém, le Monastère des Hyéronymites ou encore le Monument aux Découvertes

Les amateurs de culture y trouveront aussi différents musées ainsi que le Centre Culturel de Belém. Les gourmands se tourneront par contre plutôt vers la célèbre patisserie « Pastéis de Belém » qui est à l’origine de la traditionnelle tartelette portugaise

 

8) Prendre le train direction Sintra

Pour un séjour de 4 jours, nous recommandons alors d’aller visiter Sintra, une magnifique petite ville portugaise située à 25km de Lisbonne. La particularité de Sintra est de concentrer un certain nombre de palais et châteaux.

Le climat un peu plus frais qu’ailleurs au Portugal avait en effet attiré la noblesse à s’installer à cet endroit au XIXième siècle. On y trouve désormais de magnifiques demeures et jardins ainsi que des palais uniques faisant de Sintra une ville très romantique.

Le palais le plus insolite est notamment le Palais Da Pena situé sur les hauteurs de Sintra. Caractérisé par ses couleurs vives (jaune et rouge), celui ci mélange différents styles. Il a d’ailleurs l’air d’être tout droit sorti d’un Conte des Mille et une Nuits et son délire architectural en fait une visite incontournable.

 

©lesvadrouilleurs

 

Que faire et voir à Catane ? La Sicile

Deuxième ville la plus peuplée de Sicile après Palerme, Catane est aussi une des plus anciennes de l’île, fondée par des grecs au VIIIè siècle av-JC (-724 environ) mais elle érait déja occupée par des Sicanes depuis longtemps.

Visites à ne pas manquer: la place Duomo, tout d’en face il y a l’hôtel de Ville, et la Cathédrale de Catane, le Dôme, près de laquelle il y a la célèbre fontaine de l’Eléphant de Vaccarini.

Le marché aux poissons, très pittoresque et le marché foire, le théâtre et l’amphithéâtre romain, l’Odéon, la rue Crucifère (XVIIIe siècle) bordée de belles églises baroques, le parc Bellini, le Théâtre Massimo nommé d’après le célèbre compositeur Vincenzo Bellini de Catane, rue Etnea, l’avenue du shopping, des glaciers et des promenades, l’église Saint Nicolas et le monastère des Bénédictins, (aujourd’hui Université), sans oublier les nombreux palais baroques et le Château Ursino.

Il convient profiter de la vie dans la ville et apprécier la «pasta alla norma», avec aubergines frites et fromage ricotta, qui doit son nom à l’opéra en deux actes de Vincenzo Bellini.

Ceux qui ont la chance de visiter Catane entre le 3 et le 5 février pourront participer à la fête de Sainte Agathe, patronne de la ville.

Aux alentours de Catane, jusqu’ à Messine, on trouve les magnifiques paysages de la Riviera des Cyclopes avec Aci Castello, petite station balnéaire célèbre pour son Château normand, construit sur un rocher de pierre de lave tombant à la mer et Aci Trezza, avec les falaises des Cyclopes, selon la légende ces rochers ont été lancés par Polyphème à Ulysse.

Un peu plus à Nord il se trouve Acireale, petite ville fantastique célèbre pour son Carnaval international, un triomphe baroque de lumières et couleurs.

Excursions à Catane et ses environs: Taormina, Syracuse, Agrigento, Ragusa Ibla, Noto, l’Etna…

  

TripAdvisor ouvrira une boutique dans un aéroport

C’est aux Etats-Unis que le hibou digital testera son tout premier point de vente.

TripAdvisor entre dans le « monde physique ». La plate-forme a décidé d’ouvrir une boutique aux Etats-Unis, selon le journal The News & Observer. Sa toute première boutique sera déployée au cours de l’été 2018, à l’aéroport de Raleigh-Durham, en Caroline du Nord.

Pour inspirer et vendre

Cette boutique aura une double vocation : faire découvrir des destinations aux voyageurs à travers un « mur interactif » et des terminaux individuels digitaux, mais aussi vendre des produits comme des souvenirs et des produits alimentaires. A la fois site d’avis et de réservation directe d’hôtels, TripAdvisor dispose déjà d’une boutique en ligne, qui commercialise des vêtements, des sacs et d’autres accessoires de voyage.

Au milieu d’autres magasins

L’ouverture de son point de vente s’inscrit dans le cadre d’un vaste programme de rénovation du Terminal 2 de l’aéroport, dans une zone commerciale comprenant plusieurs magasins et restaurants. « Notre but est que les consommateurs commencent leurs vacances ici, à l’aéroport, explique Kristie VanAuken, porte-parole de l’aéroport. Pourquoi attendre d’arriver en Floride ?. »

Source : lechotouristique.com

Tourisme: le Maroc dans le Top 10 des pays africains les plus compétitifs

Le Maroc se positionne dans le Top 10 des destinations africaines les plus compétitives, selon l’édition 2017 du rapport du Forum économique mondial de Davos (WEF) publié jeudi.

Le Royaume se classe troisième à l’échelle du continent derrière l’Afrique du Sud et Maurice et à la 65ème au niveau mondial dans ce classement qui englobe une liste de 136 pays.

En Afrique du Nord, le Maroc est sans conteste le maître de sa région en matière de compétitivité touristique devant l’Égypte (74ème), la Tunisie (87ème) et l’Algérie (118ème).

Sur une échelle de 1 à 7, l’indice du Royaume se situe à 3,81, souligne le rapport qui place le pays à la 20ème place des destinations les plus sûres au monde pour les touristes.

Concernant le sous-indicateur relatif à l’attractivité de l’environnement des affaires, le WEF loue les efforts du Maroc en lui attribuant la 49ème place parmi les 136 pays examinés. Il est aussi bien classé en termes de compétitivité des prix (47ème), de valorisation des ressources naturelles (47ème) et des ressources culturelles (41ème).

Comme lors de la précédente édition du rapport il y a deux ans, l’Espagne rafle la première place, toujours suivie de la France et de l’Allemagne. Le Japon s’adjuge la 4e position, devant le Royaume-Uni et les Etats-Unis, alors que l’Italie occupe le 8e rang.

D’après le Forum mondial, le secteur touristique mondial génère 10 pc du produit intérieur brut global, en assurant un poste d’emploi sur dix, et sa croissance dépasse celle des autres branches. A l’aube de la 4e révolution industrielle, le rapport insiste sur la place de la connectivité en tant que facteur déterminant au succès d’une destination touristique.

Source : lavieeco.com

Le Portugal compte doubler les recettes du tourisme d’ici 2027

Le Portugal, une destination touristique en plein essor, s’est fixé comme objectif de doubler d’ici 2027 les recettes liées aux visiteurs étrangers, pour atteindre 26 milliards d’euros, a indiqué lundi la secrétaire d’Etat au Tourisme, Ana Mendes Godinho.
Mais loin de vouloir attirer un tourisme de masse, le Portugal « mise sur un tourisme durable, à valeur ajoutée, pour préserver notre authenticité et éviter de nous transformer en Disneyland », a-t-elle expliqué lors d’une rencontre avec des journalistes étrangers.
Pour le Portugal, il s’agit de diversifier l’offre « pour ne pas tout concentrer sur le littoral » et promouvoir notamment le tourisme vert à l’intérieur du pays, comme dans les régions Centre ou Alentejo (sud).
En outre, « le tourisme nous sert de carte de visite pour attirer des étrangers qui veulent investir ou s’installer dans un pays sûr et stable », a-t-elle ajouté.
En 2016, le tourisme au Portugal a encore battu tous les records. Le pays a accueilli 11,4 millions de touristes étrangers, en hausse de 12,7% par rapport à l’année précédente. Et ils ont dépensé 12,7 milliards d’euros, soit 10,7% de plus qu’en 2015.
Les Britanniques et Espagnols ont été les plus nombreux à visiter le Portugal, suivis des Français, qui avaient détrôné les Allemands dès 2014 et continuent à occuper le premier rang en termes de dépenses.
En dehors de l’hôtellerie classique, 1,65 million de visiteurs ont été hébergés l’an dernier via Airbnb, plateforme de logements entre particuliers.
Le tourisme pèse environ 7% du Produit intérieur brut (PIB) et figure parmi les secteurs ayant le plus contribué à la reprise de l’économie du Portugal, qui est sorti en 2014 de près de trois ans de récession.
Alors qu’entre 2011 et 2015, le nombre d’emplois dans le tourisme avait baissé de 10%, il a grimpé de 14,6% en 2016, a relevé Ana Mendes Godinho. Et le tourisme a fourni un quart des emplois créés en 2016 au Portugal, dont le taux de chômage est descendu en février à 10%, au plus bas depuis 2009.

  AFP

Prochain lancement de Paris-Dakhla, 1er vol international direct à Oued Eddahab

La perle du sud sera désormais desservie à partir de la capitale française. Transavia, première compagnie française de low cost appartenant au groupe Air France, assurera à partir de novembre 2017 des liaisons entre l’aéroport de Dakhla et celui d’Orly ou de Charles de Gaulle.

Lors d’une conférence de presse, tenue ce mardi 28 mars, Abderrafie Zouiten, directeur général de l’ONMT, a annoncé le lancement d’un vol direct Dakhla-Paris qui sera opérationnel en novembre 2017.

D’une capacité de 180 sièges, cette liaison hebdomadaire sera assurée par un Boeing 737-800 ou un Airbus A321 de la flotte du transporteur Transavia qui dessert déjà plusieurs villes du Royaume. Interrogé par Médias24, Zouiten a déclaré que cette première liaison sera étoffée rapidement par un deuxième vol par semaine.

« Nous travaillons depuis près d’un an pour convaincre cette compagnie française des atouts touristiques de Dakhla. Avant de signer, l’ONMT a initié plusieurs voyages de positionnement de la ville en accueillant 150 journalistes étrangers. Nous voulons capitaliser sur l’excellente image internationale du Maroc pour développer des dessertes sur des villes enclavées comme Dakhla ou Errachidia. Même s’il est trop tôt pour donner des détails, l’accord ouvrira la voie à de nouvelles liaisons aériennes entre Dakhla et d’autres marchés européens (Allemagne, Grande-Bretagne, Scandinavie) », explique le DG.

Ce 1er vol, dont on ne sait pas encore s’il sera assuré à partir de l’aéroport d’Orly ou de Charles de Gaulle, veut faire de Paris un hub pour les nombreux amateurs européens de désert et de sports de glisse (kit-surf, wind-surf, …).

Selon Zouiten, la compagnie française devrait communiquer rapidement pour dévoiler les horaires, les tarifs et l’aéroport parisien de départ.

Source:Media24

Le Festival de Fès des musiques sacrées célèbre l’eau et le sacré

Le Festival des musiques sacrées du monde revient du 12 au 20 mai 2017 à Fès pour une 23e édition dédiée à l’eau et au sacré.

Pour sa 23e édition, le festival promet des moments de musique et de partage au fil de quatre rendez-vous: les concerts et spectacles autour des musiques sacrées, les nuits de la médina, le forum de Fès, premier événement à prendre place à Al Quaraouyine depuis sa restauration, et le festival dans la ville, s’offrant au plus grand nombre.

Après l’Inde, le festival met cette année la culture chinoise à l’honneur.

Cette édition sera marquée par des créations et animations engagées en faveur du respect de l’environnement.

« Cette 23e édition sera ainsi placée sous le signe de l’eau entendue comme source de vie et d’inspiration irriguant tour à tour le corps et l’âme. Tout sauf anodin, ce choix répond à la nécessité de sensibiliser le plus grand nombre aux problématiques écologiques qui travaillent la planète et dont dépend le sort même de l’humanité. Souvenons-nous que la COP22, ayant eu lieu à Marrakech du 7 au 18 novembre 2016, a mis l’emphase sur l’eau comme enjeu primordial… », précise Abderrafih Zouitene, président de la fondation Esprit de Fès et du festival de Fès des musiques sacrées du monde.

Une panoplie d’artistes sont attendus comme Majda Erroumi, Yasmine Hamdan (Liban), Eric Bibb (USA), Wu De Zhejiang (Chine), Marc Vella (France), Izlan (Maroc), et bien d’autres venus de Grèce, Inde, Islande, Mali, Koweït,…

Source : Media24

Air France est de retour à Marrakech

Depuis le 26 mars, la compagnie exploite la liaison CDG-Marrakech, qui était abandonnée depuis dix ans. Air France veut ainsi profiter de l’embellie du tourisme marocain.

« 2017 est l’année du Maroc pour le groupe Air France-KLM », a fièrement annoncé Frank Legré, directeur Afrique du groupe Air France-KLM, dimanche 27 mars, devant le consul de France et ses invités, venu fêter le retour de la compagnie dans la Ville Rouge.

Quelques heures plus tôt, Jean-François Girault, l’ambassadeur de France au Maroc et Mohamed Larbi Belcaid, le maire de Marrakech, ont inauguré en grande pompe la ligne qui relie CDG à Marrakech, trois fois par semaine (les mercredis, vendredis, dimanches) avec un A320 de 174 places. Une liaison qui n’était plus assurée par Air France depuis 2007.

Face aux compagnies low cost

Cette relance intervient alors que le tourisme marocain reprend des couleurs. Selon le baromètre des Entreprises du Voyages/Atout France, les agences de voyages ont observé une augmentation de 39% des réservations au Maroc en décembre 2016. D’après l’Observatoire du tourisme marocain, 651 708 touristes ont visité le pays en janvier, un chiffre en hausse de 10% en glissement annuel. En février 2017, l’aéroport de Marrakech a accueilli 319 888 passagers, soit une augmentation de 8,63% par rapport à l’année dernière. Une progression notamment due l’introduction progressive des compagnies aériennes low cost tel que EasyJet, Ryanair, Transavia France, Vueling

Air France veut donc sa part du gâteau. Ses trois liaisons hebdomadaires (qui seront additionnées à trois autres du 15 juillet au 31 août) auront des horaires de vols variables selon le jour de la semaine (à 7h05 mercredi et dimanche, et à 9h55 vendredi), pour multiplier les correspondances internationales à CDG.

Pour le Maroc, Air France ne vise pas que les Français. Frank Legré l’a d’ailleurs souvent répété : « Pour ce vol inaugural, nous avons invité des journalistes russes, canadien, chinois. » Rappelons que depuis juin 2016, les ressortissants chinois peuvent se rendre sans visa au Maroc. Une mesure décidée par le roi Mohammed VI, qui veut séduire une partie des 130 millions de voyageurs chinois.

Source : lechotouristique.com

Tourisme durable : L’Afrique, destination de référence

La 2ème édition de la Journée Marocaine du Tourisme Durable et Responsable (JMTDR) s’est tenue, lundi 20 mars à Rabat, sous le thème «Le Maroc célèbre l’Année Internationale du Tourisme Durable pour le développement».

Cette deuxième édition a rassemblé plus de 300 invités nationaux et internationaux, parmi lesquels plusieurs membres du gouvernement, des délégations ministérielles africaines, des organismes internationaux et des professionnels touristiques, ainsi que des membres de la société civile.

Dans son discours d’ouverture, Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture et de la Pêche maritime et ministre du Tourisme par intérim, a souligné: «Le Maroc veut porter sa voix et celle du continent africain en tant que destination de référence dans le tourisme durable».

Pour sa part, Zhu Shanzhong, Directeur exécutif de l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), a salué l’implication du Maroc en tant que partenaire officiel, dans le programme d’activités prévues pour cette Année Internationale (IY2017). A l’occasion, une  convention entre l’Organisation Mondiale du Tourisme et le ministère marocain du Tourisme a été signée. Elle porte sur le parrainage de l’Année Internationale du Tourisme Durable pour le développement.

Durant la rencontre, Nada Roudiès, SG du ministère du Tourisme, Saïd Mouline, DG de l’Agence Marocaine de l’Efficacité Energétique (AMEE), Abderrafie Zouiten, DG de l’Office national marocain du Tourisme (ONMT) et Fouzi Zemrani, Vice-Président de la Confédération Nationale du Tourisme du Maroc sont revenus sur les réalisations du secteur touristique et ont projeté les perspectives 2017. Il a ainsi été expliqué que la durabilité devait être présente aussi bien dans la planification du développement touristique que dans les opérations des investisseurs et acteurs touristiques, ainsi que dans le comportement des touristes et des citoyens.

Lire plus