La Havane Que voir ? Que faire ?

 

Capitale de l’île de CUBA, résume à elle-seule les contrastes de cette île des Caraïbes : délabrée mais aussi rénovée, ouverte sur le tourisme depuis quelques années mais repliée sur elle-même par le communisme et la délation encore présente, musicale mais souvent silencieuse par le mutisme de certains à évoquer le pouvoir en place. Elle s’est révélée fascinante de contrastes et d’histoires coloniales mais aussi humaines. La Havane, tout comme l’ensemble de l’île est empreinte d’images et d’émotions. Une destination pour laquelle nous vous conseillons de vous laisser porter, embarquer, chahuter. 

La Havane en pratique :

  • La capitale est étendue mais le moyen de transport le moins coûteux reste vos jambes
  • 3 jours est une durée suffisante pour se faire une première idée de la capitale
  • Si vous utilisez les taxis, n’hésitez pas à engager une négociation avant de monter

Les activités extra que vous pouvez faire pour agrémenter séjour :

  • Prendre un cours de danse de salsa à la Casa del Son
  • Sortir danser dans l’une des casa de la Musica
  • Faire un tour de la ville en vieille voiture américaine (30 CUC pour 1 h, pensez à négocier)

#1 Le quartier de Havana Vieja : c’est ici que tout est superbement rénové !

« La Vieille Havane », contrairement à ce que sa dénomination peut nous laisser entendre, est le quartier où les travaux de rénovation se sont le plus concentrés. Sans étonnement, il s’agit donc du quartier le plus touristique et dans lequel vous serez sans doute le plus sollicité. Lors de notre séjour, en février, nous n’avons pas perçu ces sollicitations comme excessives ou envahissantes.

Les immanquables dans ce quartier sont :

Le fort El Morro / La plaza Vieja / La place des Armées / L’hotel Ambos Mundos / Le capitole / La Cathédrale de la Vierge Marie de l’Immaculée Conception.

Le capitole

Situé en plein cœur de ville, il est actuellement en cours de rénovation, la visite n’est à ce jour donc plus possible. Il s’agit de l’édifice le plus imposant de La Havane et sans doute le plus emblématique de cette volonté de redonner l’éclat d’origine des trésors de la capitale cubaine. Nous en prenons plein les yeux avec cette douce lumière du soir et ses vieilles voitures américaines.

havane cuba

havane cuba

En face du Capitole, nous découvrons de superbes façades colorées ! Et les fameux « taxi Coco », tricycle jaune en forme de casque, on adore !

havane cuba

La place de la cathédrale

La place de la cathédrale, située dans un des quartiers les plus anciens de la vieille ville, fut pour nous la plus belle place de la capitale. Officiellement appelée Catedral de la Virgen Maria de la Concepcion Immaculada et bâtie en 1748, l’édifice est l’une des plus anciennes cathédrales d’Amérique du Sud. Le Pape Jean-Paul II est venu à Cuba dans cette cathédrale en 1998, lors de sa dernière visite en Amérique latine. Elle est également appelée la cathédrale de San Cristobal parce qu’elle a pendant un temps abrité le monument funéraire de Christophe Colomb. N’hésitez pas à parcourir les ruelles adjacentes qui sont également pleines de charme.

havane cuba

havane cuba

A ne surtout pas manquer :  la superbe vue sur la Havane et sur le depuis le clocher de la cathédrale et le Castillo del Morro. Pour y accéder, il faut entrer dans la cathédrale et ressortir par la première porte à droite (1 CUC pour la montée).

havane cuba

La Bodeguita del Medio

A quelques pas de la cathédrale se situe la Bodeguita del Medio : un des lieux cultes de la Havane où Hemingway y a passé de nombreuses soirées. Alors oui, ce lieu est principalement fréquenté par des touristes pour ce lieu historique mais on y vient aussi pour y déguster un très bon mojito plus cher qu’ailleurs (comptez 5 CUC) accompagné de groupes de musiciens.

La Place d’Armes

La place d’Armes est la place la plus antique de la Havane puisqu’elle a été construite en 1520. Elle accueille un marché de livres d’occasion (ouvert de lundi à samedi) qui lui donne un certain charme. Autour de la place, vous trouverez plusieurs musées comme le Musée de la Ville, le Musée El Templete, le Musée National d’Histoire Naturelle, le Musée de la Navigation, et le Musée de l’Automobile.

L’Hôtel Ambos Mundos : lieu de villégiature d’Ernest Hemingway

Depuis la place des Armes, prenez la calle Obispo et découvrez l’hôtel Ambos Mundos, qui a été rendu célèbre lorsque Ernest Hemingway s’y installa en 1932 et ce durant 7 années. Années pendant lesquelles il écrivit plusieurs livres à succès. Sa chambre dans laquelle il logeait (chambre 511 au 5ème étage) est conservée en l’état depuis son départ et peut être visitée (3 CUC avec un guide qui vous donne les explications). La vue de la chambre donne une belle vue sur la place d’Armes.

havane cuba

La Pharmacie Taquechel

En continuant sur la calle Obispo, entrez dans la plus vieille pharmacie de la Havane. Les étagères sont pleines de bocaux de porcelaines du 19ème siècle.

havane cuba

Le quartier des maisons coloniales

La vieille ville regorge de nombreuses maisons à patio d’époque colonial qui ont été réhabilités pour accueillir des expositions et des galeries d’art.

Le Palacio De Los Capitanes Generales aussi appelé Palais du gouverneur (elle fût la résidence principale du gouverneur de Cuba pendant la colonisation espagnole), est un des bâtiments anciens les mieux préservés et les plus intéressants de la Havane. Le palais donne sur une belle place fleurie et ombragée.

havane cuba

De gauche à droite de la photo :

  • El Patio est un restaurant/bar offrant une vue superbe sur toute la place dans un décor colonial.
  • Museo Casa de México Benito Juárez : maison du 18ème siècle dans la rue Obrapia ou l’on peut voir l’histoire, l’art et la culture du Mexique.

 

havane cuba

Casa de los Arabes : palais qui présente une exposition consacrée à la communauté arabe de Cuba. Admirer le très joli patio décoré d’azulejos ! A noter que toutes ces casas se visitent gratuitement.

Nos adresses gourmandes dans Havana vieja :

Les 2 restaurants sont situées à proximité de la Plaza Vieja dans la calle Mercaderes.

  • La Imprenta : Ancienne imprimerie transformée en restaurant proposant une cuisine traditionnelle dans un décor original et pour un prix qui reste raisonnable.
  • Paladar Los Mercaderes : Très bon service, le tout dans un très joli cadre. Goûter à leur langouste ou à leur risotto au poulpe (le meilleur poulpe qu’Amandine a gouté). Assez cher pour Cuba mais vous ne serez pas déçu par la qualité des plats. Pensez à réserver à l’avance.

 

#2 Déambuler dans le Centro Habana : le quartier populaire de la Havane

Le Centro Habana est un quartier populaire dans lequel nous avons élu résidence lors de notre séjour à la Havane, et ce fut une vraie immersion dans la vie des cubains. Ici, des rues délabrées, des maisons vétustes voire abandonnées. Nous étions dans une rue plutôt animée mais si vous souhaitez découvrir plus en profondeur ce quartier il vous sera possible de ne trouver aucun touriste à l’horizon.

havane cuba

havane cuba

havane cuba

havane cuba

 

#3 Le quartier Vedado

Balade le long du Malecon

Le Maleçon est un front de mer de plus de 8 kms agréable à parcourir en fin de journée, ou idéalement au moment du coucher de soleil. Les cubains adorent s’y promener et s’y poser en amoureux malgré la frénésie du passage des voitures.

havane cuba

 

Plaza de la Revolucion

Dans le sud du quartier Vedado, on découvre la place emblématique du régime cubain (une des plus grandes places au monde) du qui a accueilli les plus grands rassemblements populaires (jusqu’à 1 million de personnes) : La Plaza de la Revolucion. Elle est entourée au sud par le mémorial José Martí et à l’ouest par le théâtre national de Cuba et par le ministère de l’Intérieur.

Le plus pratique pour y aller, profitez de votre tour d’une heure en cabriolet mythique des années 50 pour vous y arrêter.

havane cuba

Cimetière Christophe Colomb

Le cimetière Christophe Colomb est le plus grand du pays. Classé monument national, il renferme un grand nombre d’œuvres architecturales et sculpturales. Le cimetière se situe à 15 minutes à pieds de la station de bus ViaZul dans le quartier El Vedado. Si comme nous, vous avez deux heures à patienter avant de prendre votre bus, allez le visiter, c’est un peu un musée à ciel ouvert ! L’entrée se situe au nord du cimetière et est payante pour les touristes 5 CUC. Pour les locaux c’est gratuit.

havane cuba

#4 Habana del Este : Castillo de los Tres Reyes del Morro

À l’entrée de la baie de La Havane, on découvre le castillo de « Los Tres Reyes del Morro ». Il s’agit de la plus ancienne construction militaire avec son fort construit pour protéger l’entrée nord de la ville.

Pour y accéder, prendre un taxi depuis le centre (6 CUC) ou prendre le bac depuis le Terminal de Ferris (direction Casablanca, bateau de gauche). Le tarif est de 0,25 cts de CUC. Si vous empruntez le bac, vous emprunterez la route qui vous mènera au castillo et passerez devant Le musée de la maison du Che Guevara et La forteresse de la Cabana.

havane cuba

Le Maroc vu du ciel par Yann Arthus-Bertrand – France 2

48h a Chefchaouen

Empreinte de sérénité, Chefchaouen, est un havre de paix dans un Maroc bouillonnant. Au détour d’une route sinueuse, l’ancienne forteresse se dévoile. Lovée au creux des montagnes du Rif, elle constitue un point de départ tout indiqué pour de courtes ou longues randonnées. Chefchaouen se distingue toutefois davantage par le charme de sa médina, dont l’éclat des ruelles blanches et bleues illumine la vallée de Laou.

Les méandres bleus de la médina

Impatients de s’imprégner de l’âme de Chefchaouen, nous traversons les quelques mètres nous séparant encore de l’entrée de la médina. Rapidement, les maisons mariant les styles andalou et maghrébin, toutes peintes d’un bleu éclatant, se succède

 dans les ruelles entremêlées. Afin de préserver l’apparence singulière de la ville, les façades des bâtiments sont ravalées à la chaux colorée régulièrement, au grand bonheur des visiteurs. Une attention particulière est accordée aux portes, véritables chefs-d’oeuvre ornés de poignées travaillées, de mosaïques et de clous décoratifs.

Place Outa el Hammam

Portés par les odeurs et les sons, nous aboutissons à la place Outa el Hammam. Épicentre de la médina, elle rassemble les restaurants, cafés et principales attractions de la ville. C’est à l’ombre de l’imposant sapin que les habitants de Chefchaouen s’assoient et discutent, le regard curieux posé sur les passants. À la mode d’ici, nous nous attablons à une terrasse pour siroter un thé à la menthe et prendre une bouchée. Les mots d’ordre: observation et relaxation. Entre les hordes de touristes défilent des hommes vêtus de djellabas et des femmes arborant le traditionnel chapeau de paille orné de pompons colorés. À l’extrémité sud de la place s’élève le minaret octogonal de la Grande Mosquée de Chefchaouen, dite El Masjid El Aadam, érigée au XVe siècle au coeur de la médina.

À l’assaut de la kasbah

Rassasiés, nous nous dirigeons vers la kasbah, adjacente à la Grande Mosquée. Dominant la grande place, la citadelle rappelle le rôle défensif qu’a autrefois joué la cité lors des invasions portugaises. Ses murs épais et dentelés dissimulent un jardin bien fourni, surnommé «le poumon de la ville», où il fait bon se réfugier en après-midi, alors que le mercure ne cesse de grimper. Une visite des lieux nous permet de découvrir les us et coutumes grâce aux expositions du Musée ethnographique de Chefchaouen. Avant de regagner le timide brouhaha de la grande place, nous profitons de la vue qu’offre la plus haute tour de la forteresse sur l’enchevêtrement des ruelles bleues de la médina. Musée ethnographique de Chefchaouen Kasbah Outa Hammam

 

Un repas des Mille et une nuits

Nous l’avions repéré depuis le matin. Le spacieux restaurant Aladin, aux façades peintes en bleu et surplombant la grande place, attire l’oeil. Ses salons, décorés de coussins aux couleurs vives et de lampes orientales, sont dignes d’un palais des Mille et une nuits. Nous nous engouffrons dans ce décor féérique pour rejoindre la terrasse. Située sur le toit, elle offre une vue imprenable sur les environs. Au menu: des spécialités bien marocaines, allant du tajine au couscous, le tout arrosé du traditionnel thé à la menthe. Pour couronner ce moment empreint de magie, le soleil se couche sur Chefchaouen, tandis que le chant du muezzin s’élève, appelant à la prière.


L’ambiance du souk

Avec toutes ces échoppes invitantes aux couleurs vives, difficile d’ignorer l’appel du magasinage plus longtemps. Nous nous dirigeons d’abord vers l’Ensemble Artisanal, une boutique chapeautée par le gouvernement où les prix affichés sont fixes. Nous errons entre les ateliers, où les artisans s’activent déjà sur les métiers à tisser, en prenant bien soin de noter toutes les informations pouvant s’avérer utiles lors d’une éventuelle négociation. Achetons sur place ou partons à l’assaut des boutiques, à la recherche de la création de poterie ou de la couverture tissée qui fera chavirer notre coeur. Bien que chaque petite rue de la médina accueille son lot de vendeurs, ceux-ci sont plutôt regroupés autour de la place Outa el Hammam et dans le quartier Souika.

 

Saveurs locales

Pendant ce temps, un petit marché s’est établi dans une ruelle étroite à l’est de la place Outa el Hammam. Au pied d’une fontaine, de vieilles dames étalent légumes et fruits fraîchement cueillis à même le sol. Vêtues du costume traditionnel constitué d’un épais tissu rayé rouge et blanc, elles proposent aux passants des figues de Barbarie, de la menthe et des tomates. Certains jours, on peut même y trouver le fameux fromage de chèvre de Chefchaouen. Nous en profitons pour goûter les produits de la région et, du coup, faire des provisions!

 

Source Ras el Ma

Non loin de là, nous empruntons l’avenue Hassan I pour accéder au quartier El Onsar, situé à l’est de la médina. Tout au bout de cette allée ascendante, nous débouchons sur la source Ras el Ma, qui émerge des montagnes et abreuve la rivière Fouara. En après-midi, cette oasis accueille natifs et touristes en quête d’un peu de fraîcheur. Depuis des lunes, elle sert également de lavoir aux habitants de Chefchaouen. Femmes et enfants y nettoient des tapis ou des couvertures alors que d’autres se prélassent sur des rochers. En période estivale, une atmosphère de fête s’empare des lieux. Des vendeurs ambulants diffusent des airs populaires et proposent aux visiteurs des boissons fraîches et des friandises. Nous apaisons notre soif en sirotant une limonade avant de passer le pont de pierre pour rejoindre les montagnes.

 

Chefchaouen vue du ciel

Nous foulons le sentier de terre grâce auquel nous atteindrons la mosquée abandonnée au terme d’une randonnée de 2 km. L’histoire nous apprend que la mosquée, autrefois construite par les Espagnols, fut abandonnée au début du XXe siècle. En elles-mêmes, les ruines ne présentent aucun intérêt pour les visiteurs, si ce n’est de satisfaire leur curiosité. Le site, quant à lui, a une position géographique des plus intéressantes. De là-haut, nous jouissons d’une vue imprenable sur cette région montagneuse et verdoyante. Décidément, l’effort en valait la peine, ne serait-ce que pour immortaliser la beauté de Chefchaouen dans un décor digne d’une carte postale.

10 bonnes raisons d’aller à Barcelone

1/La Sagrada Familia

L’empreinte du génial architecte catalan Antoni Gaudi est partout dans Barcelone. L’originalité et la créativité de ses réalisations. Une architecture organique, très inspirée par la nature, pleine de fantaisie et de poésie. Son chef-d’oeuvre absolu: la basilique de la Sagrada Familia! Gaudi a consacré les 40 dernières années de sa vie à cette construction… démarrée en 1882, et qui devrait s’achever vers 2025 !!  La lumière et l’atmosphère qui s’y dégagent sont tellement particulières. Pourtant complètement athée et rétive à toute religion, j’ai vraiment été subjuguée par la spiritualité du lieu, qui redonne la foi en l’espérance. C’est une cathédrale, mais qui s’affranchit totalement du carcan austère et anxiogène de la religion chrétienne.

2 et 3/Visiter les chefs d’oeuvre de Gaudi, la Pedrera et la Casa Battlo

Fenêtre de la Casa Battlo                                                                                                                                 Cheminées de la Pedrera

 

Là encore, coup de cœur incontournable ! Un escalier monumental qui rappelle une colonne vertébrale, des tuiles sur le toit qui ressemblent à des écailles de poissons, des cheminées qui font penser à des sculptures végétales… Jamais de ligne droite… Des jeux de lumière de couleurs… Là encore, les prix d’entrée et la file d’attente pourraient en décourager quelques uns… Mais à voir absolument !

4/Park Güell

Vous vous souvenez de la balade romantique de Romain Duris et Judith Godrèche dans l’Auberge espagnole, là où ils s’embrassent ? Et bien c’est au Park Güell… Encore un chef d’œuvre de Gaudi. Un jardin enchanteur qui semble tout droit sorti d’un conte avec un panorama époustouflant sur la ville. Mosaïques de toutes les couleurs, aqueducs, sculptures…

5/Se balader sur la Rambla

Mosaïque de Miro sur la Rambla à Barcelone

Très sympathique avenue piétonne qui relie la place Catalunya au bord de mer (avec le mirador de Christophe Colomb). Beaucoup de boutiques à touristes avec les éternels dessinateurs et portraitistes et les statues vivantes… Mais la balade vaut le coup ! Attention à bien regarder où on met les pieds : à mi-parcours (proche du métro Liceu) se trouve une mosaïque de Miro que beaucoup piétinent sans même s’en rendre compte…

6/Boire un jus de fruit frais au marché de La Boqueria

La pause idéale pour manger/boire un coup quand on se balade sur la Rambla. Marché plein de couleurs ! Super pour faire des photos des étals bien achalandés. Il y a plein de stands avec des jus de fruit frais de toutes les sortes et pour vraiment pas cher … D’autant plus qu’en fin d’après-midi, les vendeurs bradent les jus qui restent à 1 euro, voire 2 euros les 3… L’idéal pour faire le plein de vitamines !

7/Découvrir les débuts de Picasso au musée Picasso

C’est à Barcelone que le peintre espagnol a fait ses débuts d’artistes. C’est là qu’il exposa ses premières œuvres. On ne trouve pas dans ce musée ses tableaux les plus connus, mais c’est intéressant de voir ses premiers tableaux et l’évolution de son travail. Par contre, c’est un des lieux les plus visités de la ville… donc là aussi, s’armer de patience face à la queue… et venir plutôt le matin à l’ouverture. Il faut aussi profiter de la visite du musée pour se perdre dans le ruelles du quartier d’El Born, un des plus sympas de Barcelone !

Et pour ceux qui veulent voir davantage de musées : la Fondation Miro, peintre et sculpteur catalan, et le Musée d’Art contemporain de Barcelone (Macba).

8/Manger des tapas

Difficile à louper à Barcelone !! Pas toujours évident non plus d’éviter les attrape-touristes…

9/Hard Rock

 

10/Bronzer sur la plage

Et après toutes ces visites éreintantes, pourquoi pas un peu de farniente à la plage ? Pour cela, il faut pousser jusqu’au quartier de Barceloneta, super chouette avec ses immeubles typiquement méditerranéens et le linge qui sèche aux fenêtres.  Déguster une paella sur une terrasse en bord de mer… Beaucoup de monde sur la plage, mais on s’y sent vraiment en été !

Voyage au Brésil: 6 coups de coeur de l’Amazonie au Nordeste

Le Brésil est un des plus grands pays du monde. Un Etat-continent qui regorge de lieux mythiques dont les paysages ont fait le tour du monde, comme Rio de Janeiro, Salvador de Bahia ou les chutes d’Iguaçu. Mais le Brésil recèle aussi quantité d’endroits méconnus, où la satisfaction d’arriver est proportionnelle à la difficulté d’accès.

Alter do Chao, les Caraïbes de l’Amazonie

est une petite ville, en plein coeur de l’Amazonie, sur les bords du Rio Tapajos, juste avant qu’il ne se jette dans l’Amazone. En saison sèche (août à septembre), on peut s’y baigner sur de magnifiques plages de sable blanc, comme dans les Caraïbes.

  • Comment y aller: par bus ou en taxi depuis Santarem, sur les bords de l’Amazone. Durée conseillée: minimum trois jours.

L’Ilha do Marajo

C’est une île à la végétation luxuriante, à l’embouchure du fleuve Amazone. Avec une superficie de 50.000km2, l’ilha do Marajo est aussi grande que la Suisse! Principale attraction: les buffles d’eau qui paissent ça et là dans les champs et se baladent dans la rue.  C’est à Salvaterra qu’on trouve les plus belles plages, avec des étendues immenses de sable blanc sur les bords des eaux marrons issues de l’Amazonie qui rejoignent celles de l’Océan Atlantique.

La ville coloniale d’Alcantara

En face de Sao Luis, il faut aller passer au moins une journée à Alcantara, une ville coloniale avec de jolies ruelles et de pittoresques maisons recouvertes d’azuléjos, ces carrelages traditionnels décorés à la main originaires du Portugal. Beaucoup de belles églises très calmes et des grandes demeures coloniales transformées en musées. Insolite: on peut aussi y visiter un petit musée de l’espace car c’est dans les environs (juste en-dessous de l’Equateur) que se situe la base de lancement des fusées du programme spatial brésilien.

Les lagunes des Lençois Maranhenses

C’est un des paysages les plus beaux du monde! De mars jusqu’à septembre, on peut y voir des lagunes d’eau turquoise d’une pureté incroyable parsemées entre des dunes de sable blanc. L’eau est issue des chutes de pluie, et elle est tellement limpide qu’on peut la boire sans même la filtrer (dans les lagunes les plus isolées). L’idéal pour profiter de cet endroit exceptionnel est de faire une randonnée de trois ou quatre jours pour traverser les Lençois d’Est en Ouest. Une expérience très proche de la nature puisqu’on peut même marcher pieds nus dans le sable, nager dans les lagunes pour se rafraîchir et dormir en hamac dans des cabanes. La difficulté d’accès des lieux fait qu’il y a peu de touristes et qu’on peut profiter à fond des paysages magnifiques. A ne pas manquer: la Lagoa Azul et la Lagoa Bonita.

  • Comment y aller: depuis Sao Luis, prendre un bus pour Barreirinhas, la base idéale pour faire des excursions dans les Lençois, ou aller jusqu’au village d’Atins pour les départs de randonnée. Durée conseillée: minimum cinq jours

Jericoacoara ou le paradis sur terre

On la surnomme « Jeri », bien plus facile à prononcer que ce nom étrange, originaire de la langue indienne tupi-guarani, et qui fait référence à une colline en forme de crocodile, non loin de là. C’est un village de pêcheur transformé en cité balnéaire, et qui compte l’une des dix plus belles plages du monde selon un classement du Washington Post. Avec ses rues sablonneuses et ses pousadas familiales on est bien loin ici du tourisme de masse. On pourrait élire Jericoacoara la capitale du farniente, mais aussi celle du kitesurf et de la planche à voile. Le meilleur moyen de découvrir les environs est de faire un tour en buggy. A faire aussi: cours de capoeïra sur la plage ou bronzage en hamac dans les lagunes… En fin de journée, tout le monde se retrouve au sommet de la majestueuse dune du Por do Sol (coucher du soleil) pour voir les derniers rayons disparaître dans la mer, un verre de caipirinha à la main. C’est d’ailleurs l’un des rares lieux sur terre où l’on puisse admirer le fameux rayon vert au coucher du soleil. Nous n’avons pas eu cette chance avec Emily. Par contre on s’est bien rattrapées avec les soirées qui commencent avec les marchands ambulants de cocktail sur la plage. Les barmans rivalisent d’adresse dans le jonglage avec le shaker pour attirer les clients. En deuxième partie de soirée, rendez-vous pour une soirée forro, une danse typique brésilienne, au restaurant Dona Amélia.

Pipa et ses plages de rêve

Avec ses plages idylliques, ses hautes falaises et ses dauphins, Pipa est un vrai paradis.

Avec ces quelques endroits, j’espère en tout cas on vous a donné envie de faire un voyage au Brésil!

 

Le Nordeste à lui seul regorge de lieux méconnus, autant de magnifiques trésors, qui sont encore très à l’écart des circuits touristiques traditionnels.
De plages sauvages bordées de cocotiers, en dunes, lagunes ou mangroves, au détour de villages de pêcheurs traditionnels.

 

Dubrovnik : la perle de l’Adriatique

Dubrovnik : Quiconque a foulé le marbre de ses rues étroites, parcouru ses impressionnantes fortifications et admiré ses toits rouges se superposer au turquoise de l’Adriatique garde de Dubrovnik l’image d’une cité d’une infinie beauté qui n’a rien perdu du lustre de son passé glorieux

 

La cité médiévale est située dans le sud de la Croatie, sur la mer Adriatique. On y entre par les mêmes portes qu’empruntaient les chevaliers au XVe siècle, à l’apogée de la république de Raguse, son ancien nom. Pont de pierre et pont-levis, on franchit deux minuscules portes percées dans deux imposants murs de fortification.

En entrant, ce qui nous frappe, c’est à quel point la ville est bien conservée. Ici, pas de verre ou d’acier, que de vieilles pierres dont la mémoire est intacte. C’est propre, riche et rangé. Les portes est ou ouest sont reliées par la rue principale, Stradun, qui fait 300 mètres. Oui, c’est petit, Dubrovnik! Et c’est piétonnier partout à l’intérieur des murs.

Les remparts

La ville est entourée de spectaculaires remparts sur lesquels il est possible de se balader. C’est un passage obligatoire lors de votre séjour à Dubrovnik ! La balade est agréable et permet d’avoir un autre point de vue sur la ville. On peut y admirer les toits rouges qui ont fait la réputation de Dubrovnik ainsi que de magnifiques panoramas sur la mer. L’accès aux remparts peut se faire à plusieurs endroits. Je vous conseille de commencer le parcours au niveau de la Porte Pile. Vous longerez d’abord la mer avant de terminer par les toits de la ville.


 

 

 


La 20ème édition du Festival Gnaoua et Musiques du Monde est celle de la célébration.

Célébration de la musique, car celle-ci est au cœur de la philosophie originelle du festival. Les artistes les plus talentueux sont invités à une rencontre fusionnelle avec les maîtres Gnaoua et, ensemble, créent d’intenses moments d’improvisation musicale.

Résolument polyphonique, mêlant les styles les plus divers, le Festival d’Essaouira fait vivre des émotions uniques, des moments privilégiés de communion à travers la musique. Véritable laboratoire d’expérimentation musicale, studio à ciel ouvert, le festival fête ses 20 ans et offre une programmation inédite.

Les grands noms seront là, pour des concerts pleins d’énergie, ou le blues légendaire de Lucky Peterson côtoiera le jazz aérien de Bill Laurance, les rythmes endiablés de Carlinhos Brown ou la voix pleine de sagesse d’Ismaël Lô.

Les musiciens, amis du festival, véritables acteurs et témoins de cette aventure si particulière, reviennent fouler les planches d’Essaouira pour des créations revisitées, à l’image de la résidence créée par le Maâlem Abdeslam Alikane et Ray Lema, complices depuis 20 ans.  Ou encore du spectacle tout en nesse pensé par Loy Ehrlich et sa troupe haute en couleurs de Band of Gnawa. Sans oublier l’énergie débridée d’Amazigh Kateb et de Gnawa Diffusion.

Mais le festival a d’abord pour marque de fabrique l’envie de toujours se renouveler, et cette année plusieurs résidences ont été spécialement conçues pour fêter les 20 ans.

De véritables spectacles originaux, comme le mariage entre le soufisme indo-pakistanais et la tagnaouite proposé par Titi Robin, ou le voyage de Guinée à Sidi Ali Ben Hamdouch créé par le Maâlem Hassan Boussou et ses compagnons.

 

Paris je t’aime Paris je te découvre en amoureux !

Ah… Paris ! La capitale de l’amour fourmille de lieux romantiques. Des petites ruelles discrètes au mur des je t’aime, nous avons sélectionné les meilleurs.

Un séjour stylé à Paris

En amoureux à Paris implique de choisir un hôtel de charme. Propriété du chef béarnais Yves Camdeborde, le Relais Saint Germain incarne l’élégance parisienne. Chaque chambre a reçu le nom d’un écrivain reconnu ayant célébré la capitale : Honoré de Balzac, Hemingway et Proust, pour n’en nommer que quelques-uns. Petite anecdote amusante : une œuvre de l’auteur est présente dans la chambre qui lui est consacrée. Chaque espace possède une ambiance toute particulière, et votre balcon donne directement sur le Carrefour de l’Odéon.

Serments d’amour à l’ombre de Notre-Dame

La cathédrale de Notre-Dame au quartier latin. Ce quartier qui évoque la passion, se cache entre les pavés qui longent la cathédrale un petit secret romantique à souhait : c’est le Point zéro. Situé au centre de la capitale, il sert de référence pour calculer la distance avec les autres villes de France.


Cette rose des vents gravée dans une pièce de bronze et sertie dans une dalle en pierre s’est transformée au fil du temps en haut lieu sentimental. Partager un baiser au centre de la rose vous accordera l’amour éternel, tourner sur un pied permettra de réaliser vos rêves les plus fous. La plaque sert également de puits à souhaits, et les passants y jettent des piécettes dans l’espoir de voir la chance tourner en leur faveur.

La pâtisserie Stohrer La plus ancienne pâtisserie de Paris

On trouve à Paris des milliers de pâtisseries, mais aucune n’arrive à la cheville de la pâtisserie Stohrer. Ce temple des desserts se trouve à un quart d’heure à pied de Notre-Dame, dans la très animée rue Montorgueil. C’est le pâtissier officiel du Roi Louis XV, Nicolas Stohrer, qui est à l’origine de son ouverture en 1730. À l’intérieur, une multitude de gourmandises sont exposées dans des vitrines équipées de miroirs, et la fresque du plafond date du 19e siècle.

Les fastes de la Galerie Vivienne

À partir de la rue Montorgueil, dirigez-vous vers les Grands Boulevards. Ce quartier est truffé de passages couverts historiques. Précurseurs des centres commerciaux modernes, il facilitent au 19e siècle le passage d’une rue à l’autre à l’abri des intempéries.

Le quartier ne manque pas d’exemplaires fastueux, mais la galerie Vivienne, qui date de 1873, est à nos yeux le plus remarquable. Les mosaïques aux motifs géométriques et les gigantesques verrières servent d’écrin à des boutiques luxueuses, des restaurants gastronomiques ainsi que la célèbre Librairie Jousseaume, digne d’une aventure d’Harry Potter.

Le mur des je t’aime : Un monument dédié à l’amour

Ah, Montmartre… existe-t-il à Paris un endroit plus joli que cette pittoresque colline aux escaliers accueillants et aux ruelles tortueuses ? S’y promener fait assurément partie des incontournables, car il abrite un endroit que les couples amoureux ne doivent éviter sous aucun prétexte : le mur des je t’aime.


Érigée derrière la station de métro art nouveau des Abbesses, rendue célèbre par Amélie Poulain, cette œuvre d’art de 40 mètres carrés est composée de carreaux émaillés sur lesquels fleurissent 311 « je t’aime » en 250 langues.

Dîner d’apparat dans une gare ferroviaire

Organiser un rendez-vous galant dans le restaurant d’une gare pourrait paraître déplacé. Partout ailleurs sauf à Paris. Le restaurant de la gare de Lyon, le Train Bleu, a tout d’une salle de bal renaissance. Des célébrités comme Salvador Dalí, Coco Chanel et Brigitte Bardot comptaient parmi les habitués. Dans le hall de la gare, un majestueux escalier vous conduit vers une porte en bois à tambour qui vous ramène littéralement au début du 20e siècle. Des porte-bagages en laiton, des lustres et d’interminables fresques font d’un dîner au Train Bleu une expérience inoubliable.

P.S. : Paris je t’aime …

A la rencontre de Mumbai / Bombay

Mosaïque de contrastes, la plus grande ville du continent indien fait cohabiter les villas de luxes et les bidonvilles, les temples vieux comme le monde et les gratte-ciels ultramodernes, les marchés bondés et les parcs urbains paisibles.

Avec une population estimée entre 13 et 19 millions d’habitants, bien plus en comptant ceux des quartiers périphériques, Mumbai est l’une des plus grandes agglomérations au monde. Une telle animation peut donner le vertige, et certains voyageurs s’empressent de quitter la mégalopole au plus vite. C’est dommage, car il suffit de lui offrir une chance pour que Mumbai dévoile des oasis de verdure, d’excellents restaurants, une architecture unique et bien d’autres surprises encore.

Destination : Mumbai, Inde
Nombre d’habitants : 13 millions
Situation géographique : sur l’île de Salsette, face aux côtes indiennes occidentales

Nous allons vous donner 5 bonnes raisons de vous y rendre.

1. L’île d’Éléphanta

Avant que Mumbai ne profite au 19è siècle d’une solide rénovation, la ville s’étendait sur pas moins de sept îles. Occupé depuis l’âge de pierre, l’archipel tombe tour à tour sous l’autorité des empereurs bouddhistes, des sultans et des colons européens. Un des plus beaux et plus anciens héritages de ce passé mouvementé se trouve juste en dehors de la zone portuaire, sur l’île d’Éléphanta, séparée de l’île principale surpeuplée de Salsette.

La statue d’éléphant à laquelle l’île doit son nom est aujourd’hui installée dans les jardins de Jijamata Udyaan. Dans la jungle épaisse, les visiteurs auront cependant la surprise de découvrir une série de temples érigé dans des grottes entre le 5è et le 8è siècles, ornés de piliers, d’autels et de représentations du dieu Shiva.

2. La gare Chhatrapati Shivaji Terminus

Le fastueux passé se reflète aussi dans l’architecture de bâtiments plus récents qui se dressent au cœur de la jungle urbaine. Connue parmi les locaux sous son ancien nom de gare Victoria, ou « VT », La gare ferroviaire Chhatrapati Shivaji est sans conteste l’édifice le plus photographié de Mumbai. Elle illustre l’alchimie née de la rencontre du style architectural colonial britannique avec les influences musulmanes et hindoues de la tradition architecturale indienne.

Après le départ du premier train à vapeur en 1853, il faudra encore trois décennies pour voir naitre la structure telle qu’on la connait aujourd’hui avec ses arches, ses tourelles, ses gargouilles et ses vitraux. Des efforts largement récompensés puisque le monument est inscrit depuis 2004 sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

3. Mumbai côté jardin

Avec plus de 13 millions de personnes entassées les unes sur les autres, impossible d’échapper au trafic généré par les taxis qui klaxonnent, les rickshaws pétaradants et les zébus qui traversent aveuglément la route. Mais réduire Mumbai à ce chaos routier ne serait pas lui rendre justice car on y trouve un très grand nombre d’espaces verts. Le parc national Sanjay Gandhi, qui accueille entre autres des macaques, des roussettes et des léopards en liberté fait partie des plus populaires.

Les jardins suspendus Hanging Gardens sont eux aussi peuplés d’animaux sauvages, taillés avec un sécateur dans une espèce végétale locale. Vous êtes d’humeur sportive ? Rejoignez l’aire récréative d’Oval Maidan, une immense étendue d’herbe où jeunes et moins jeunes se rencontrent pour jouer au cricket. 

4. Bollywood

Mumbai est la capitale du film Bollywoodien. C’est ici que l’industrie cinématographique élabore des superproductions à une vitesse inégalée dans le reste du monde. La pléthore de salles de projection dans les rues de Mumbai dit tout sur l’amour que les Indiens portent au cinquième art. Des salles emblématiques comme Eros, Maratha Mandir et Liberty déroulent la pellicule depuis des décennies.

Grâce aux sous-titres en anglais, les films bollywoodiens tournés en hindi dont l’intrigue est souvent sentimentale sont très faciles à suivre pour les visiteurs étrangers. Les chorégraphies, les acteurs qui chantent en playback et les costumes scintillants distillent à eux seuls une bonne dose de culture locale.

5. La cuisine indienne

Mumbai est le paradis des amateurs de cuisine indienne. À pratiquement tous les coins de rue sont vendus des snacks d’apparence banale qui font exploser en bouche une palette de saveurs digne d’une création gastronomique. L’en-cas le plus populaire est ici le vada pav, des boulettes de pommes de terre frites dans la farine de pois chiches, dûment épicées et servies dans un petit pain blanc avec du chutney, de l’ail et du poivre de Cayenne.

D’autres spécialités comme le canard de Bombay (qui contre toute attente est un plat de poisson), le bhel puri (du riz soufflé accompagné de légumes frais et d’un chutney au tamarin) ainsi que le crabe à l’ail et au curry sont aussi très appréciés des locaux. Pour ceux qui sont en quête de cuisine plus raffinée, l’établissement le plus quoté de la ville : Wasabi by Morimoto fait partie grâce à ses délicieuses bouchées des 50 meilleurs restaurants d’Asie.

 

Expérience Croisière : on vous dit tout !

Jadis réservée à une élite vieillissante, la croisière est devenue un véritable phénomène de société ces dernières années depuis l’arrivée de géants des mers, toujours mieux équipés et plus rentables, permettant de tirer le prix des séjours vers le bas tout en offrant davantage de possibilités de divertissements.

Le « dépoussiérage » du concept de la croisière a aussi permis de diversifier l’offre afin de séduire toutes les personnes qui partaient jusque-là en vacances à l’étranger en formule hôtel-club ou circuit touristique, et de proposer des voyages de plaisir sur toutes les mers du monde …

 

La croisière est ainsi devenue un nouveau mode de vacances « tout en un » permettant de combiner :

  • Transport : navigation de nuit (en général) pour passer d’une escale à une autre
  • Confort : séjour passé à bord d’un véritable palace flottant
  • Loisirs : multitude d’activités et de distractions proposées
  • Tourisme : découverte d’une nouvelle destination à chaque escale

Et tout cela sans avoir la contrainte du transport des bagages …

Voici donc 10 raisons pour lesquelles vous devriez vous aussi tenter l’expérience d’une croisière :

1) Naviguer à bord d’un géant des mers

Le gigantisme d’un palace flottant est impressionnant ! On se sent d’ailleurs tout petit à côté d’un tel navire et pourtant assurément bien en sécurité (un exercice de sécurité est d’ailleurs obligatoire le 1er jour). A l’intérieur rien ne laisse penser que l’on se trouve à bord d’un navire, la décoration est digne des plus beaux hôtels 5*.

2) Etre confortablement installé

Bien qu’il y ait plusieurs catégories de cabines sur un navire de croisière de dernière génération, celles-ci sont toutes à minima calmes et confortables, leur prix varie bien sûr en fonction du standing … Une cabine avec balcon (photo ci-dessous) permet alors de vivre la meilleure expérience de croisière, cela à un tarif encore abordable.

3) Jouir des infrastructures d’un hôtel flottant

Piscines, jacuzzis, salle de fitness, théâtre, casino, salle de jeux, bibliothèque, minigolf, tennis … sans oublier de nombreux bars et restaurants : vous pouvez accéder gratuitement à de nombreuses infrastructures mises à votre disposition. Les adeptes de traitements privilégiés peuvent aussi cependant trouver chaussures à leurs pieds avec certains services proposés à la carte, comme par exemple au SPA.

 

4) Profiter d’une formule All Inclusive

La formule All Inclusive est en option sur une croisière, mais est il réellement envisageable de s’en passer lorsque l’on part pour se détendre sans se soucier du tarif des cocktails (alcoolisés ou non), des boissons, des bouteilles d’eau, des glaces … ? Avoir tout à volonté quand on le désire, c’est aussi un luxe !

5) Disposer d’un large programme de loisirs

Tout un panel d’activités est proposé afin de vous occuper selon vos centres d’intérêts.
Vous n’avez pas envie de descendre lors d’une escale ? ce n’est pas un problème, vous trouvez toujours quelque chose à faire à bord … et une équipe d’animations sait aussi égayer votre journée.

6) Assister à de magnifiques spectacles

De superbes spectacles internationaux sont présentés chaque soir, il faut reconnaître qu’ils sont dignes de grands cabarets … Pour les amoureux du genre, impossible de les rater puisqu’il y a deux représentations programmées quotidiennement : une avant ou une après le dîner suivant le service dans lequel on se trouve.

7) Bénéficier d’un service de qualité

Nombre de nationalités sont représentées au niveau du personnel à bord et, avec en moyenne un membre d’équipage pour 3 clients, on se sent aux petits soins : avec sourire et gentillesse, le personnel à disposition sait vous faire passer d’agréables moments au travers d’un service de qualité.

8) Profiter de beaux panoramas

A chaque jour sa nouvelle escale et, que ce soit en pleine mer ou à quai, on peut bénéficier de nombreux panoramas durant une croisière : on ne peut alors rester insensible aux charmes de la mer.

9) Admirer des levers et couchers de soleil

S’il est une seule chose à ne pas oublier lors d’un départ en croisière, c’est bien son appareil photo car de nombreux levers et couchers de soleil peuvent être admirés tout au long de l’itinéraire suivi et cela donc en divers endroits. Des moments follement romantiques à partager.

10) Découvrir de nouvelles destinations

Une croisière permet d’avoir un aperçu de différentes destinations. Même s’il est un peu frustrant de ne pas pouvoir découvrir celles-ci à son rythme, cela permet au moins de se faire une petite idée des différents lieux visités afin de pouvoir éventuellement décider d’y revenir plus longuement ultérieurement.

 

 

Embarquez-vous vers de nouvelles destinations à vous couper le souffle !!